Résidence de création :

Du 15 au 19 février 2021, TMS

Emmanuelle Huynh, danseuse, chorégraphe et enseignante, a étudié la danse et la philosophie. Son travail explore la relation avec la littérature, la musique, la lumière, l’ikebana (art floral japonais) et l’architecture. Elle crée entre autres Mùa (1995), A Vida Enorme (2002), Cribles (2009), Shinbai, le Vol de l’âme (2009), Spiel (2011), Tôzai !... (2014). Elle crée en novembre 2017 une pièce pour 4 danseurs Formation, d’après l’œuvre autobiographique de Pierre Guyotat dans un dispositif plastique imaginé par Nicolas Floc’h. Elle travaille actuellement sur un solo Nuée dont elle sera l’interprète. Il sera créé les 18 et 19 mars 2021 au Théâtre de Nîmes et explorera la question du cheminement, du parcours autant artistique que personnel. Emmanuelle Huynh est artiste associée au Théâtre de Nîmes, scène conventionnée d’intérêt national – art et création – danse contemporaine.

Nuée dessine ainsi une carte où circulent des énergies, des formes, des réminiscences, des désirs bruts ou alanguis ; où s’articulent des phrases – dans la bouche, les membres, la peau. A la manière de ces noms vietnamiens, écrits de manière illisible pour tromper les mauvais esprit, le corps de Emmanuelle Huynh effectue une compression d’états, de symboles, comme autant d’idéogrammes physiques malaxés par la mémoire. Faisant sien le concept de « destinerrance », élaboré par Jacques Derrida pour décrire la destination incertaine de toute adresse – sa dérive d’un destinataire initial à une communauté de présences rencontrées en chemin – elle disperse des traces, transmet des signes, éparpille une certaine «image de soi» en archipel d’altérités.

Echauffement en images

Echauffemnt Emmanuelle huynh - Nuée
Echauffemnt Emmanuelle huynh - Nuée
Echauffemnt Emmanuelle huynh - Nuée