Résidence de création :

Du 22 au 26 mars 2021, TMS


Rencontre avec Irène Jacob et Keren Ann au Théâtre Molière


Au printemps 2020, empêchées de se voir comme le reste du monde, Keren Ann à Paris et Irène Jacob dans les Cévennes, commencent une conversation qu'elles donnent à voir et à entendre sur lnstagram. Le principe est simple, chaque dimanche soir Keren Ann, souvent accompagnée d'une guitare, chante une chanson de son répertoire à laquelle Irène répond avec un texte sous forme de poésie. Parfois la guitare de Keren Ann vient aussi se glisser sous les mots d'Irène donnant la vie à un éphémère morceau de musique parlée. Les chansons de Keren Ann, à travers la voix d'Irène, rencontrent les mots de Charles Bukowski, Baudelaire, Andrée Chedid, Eluard ...
Au fur et à mesure de ce dialogue à distance, la communauté d'auditeurs s'agrandit, on attend comme un rendez-vous fragile et précieux, la rencontre hebdomadaire de ces deux artistes singulières, qui le temps d'un instant fait qu'une vue du sacré cœur se superpose sur celle d'un salon familial cévenol.
Lorsqu'enfin l'on retrouve une semi-liberté, Irène et Keren Ann se demandent comment prolonger cette discussion, l'idée est de rester dans un espace digital pour pouvoir se faire entendre, puisque les salles sont, jusqu'à nouvel ordre, fermées.
L'idée d'un podcast enregistré en live est né progressivement et très vite accompagné du titre « Où es-tu ? »

Ces voyages immobiles, qu'elles enregistrent côte à côte en s'imaginant si loin l'une de l'autre pour mieux se retrouver, leurs font retrouver les instincts de la scène, les salles ré-ouvriont bien un jour non ?
Elles s'imaginent alors prolonger ce podcast en l'enregistrant en live, face à un public même restreint, même masqué, même à distance, comme une promesse d'un retour vers la scène, vers l'espoir aussi. Sur ce plateau, il y aura peut-être une table comme dans le salon d'Irène dans les Cévennes, il y aura peut-être une chaise et un bureau comme dans l'appartement Montmartois de Keren Ann, il y aura peut-être une cloison pour les séparer, symbolique et choisie, faite de bois ou de lumière, il y aura des rencontres, celles d'une actrice et d'une chanteuse, d'un texte et d'une musique, l'imaginaire et le personnel et puis il y aura surtout le public ...
Le premier itinéraire de ce voyage immobile, avec la complicité de la chorégraphe Joëlle Bouvier, a eu lieu, en direct, à la Maison de la Poésie à Paris en mars 2021.